TECHNICIENS DE LABORATOIRE : Terminus Tout le Monde Descend

Une matrice des compétences avec des niveaux de poste liés aux coefficients même pour les cadres ils n’avaient pas osé ! La direction générale doit être fière de ses petits soldats. La CGT avait mis en garde sur la méthode d’évaluation des postes mais le doute n’est plus permis: le projet VALOR s’apparente plus à un mécanisme de dévalorisation de la carrière des techniciens et agents de maîtrise… Un véritable gâchis qui révèle le peu d’ambition de la direction sur le sujet.

21.012-tract_valor

Sachant qu’un OETAM change de coefficient en moyenne tous les 10 ans, les niveaux de postes définis seraient les suivants :

Niveau 1 : coefficient 215-250 : La CGT considère qu’embaucher un bac +2 ou +3 avec une License pro seulement en coefficient 215 est une honte. Salaire sans ancienneté net en coef 215: 1600 € ; durée pour accéder au coef 250 : 20 ans…

Niveau 2: coefficient 250-290 : C’est là qu’est regroupé par la direction le gros des effectifs techniciens, avec ceux qui viennent du niveau 1 en 250 et qui vont y végéter jusqu’à la fin de leur carrière en espérant le coefficient 290, et ceux qui n’auront aucune opportunité de progresser.

Niveau 3: coefficient 290-310 : Au cas où des techniciens auraient de l’ambition, ils ont trouvé l’astuce pour doucher leurs espoirs. Eh oui, vous aller pouvoir prendre un poste niveau 3, avec plus de compétence, plus d’autonomie, plus de tout, mais au même tarif : le coef 290 ! A quoi bon puisque c’est la même chose qu’avant : pas de reconnaissance financière des compétences !!

Niveau 4 : Coefficient 310-340 : Le GRAAL ou  comme on nous l’a expliqué réservé à ceux qui vont être cadrés.

Au vu des réactions ces derniers jours, les techniciens ont bien compris que non seulement on les avait bernés avec le projet VALOR, mais qu’en plus ils se retrouvaient avec un système qui allait encore plus les bloquer. Comment évoluer s’il n’y aucun poste au niveau supérieur ?

La palme d’or de la communication catastrophique est à attribuer au département EIS : incompréhension des techniciens , burn out…

La CGT a dénoncé la dangerosité et les dégâts qui résultent du projet VALOR avec un effacement complet du passé de chaque technicien, comme si on les avait vidés de tout leur savoir faire. Certains ingénieurs ont dénoncé ce fait grave, d’autres ont joué le jeu avec l’appui des chef de département, des « Talent Developers » et la bénédiction du PDG. On nous explique qu’il y a de la transparence mais qui a fait la matrice des compétences ? Les mêmes qui ont jugé et noté chaque poste ! Les dés étaient pipés à l’avance !

La CGT est dégoutée du peu de considération que TOTAL a pour ses techniciens de laboratoire dans une société qui prône le Better Together et alors que se développe le pôle technique de one-Tech. Et que dire des Techniciens hors labo, des métiers support, infirmiers(es) et des assistantes qui malgré le même niveau d’étude (BTS++)  sont tous à la traine au niveau de leur  progression salariale ?

La CGT continuera à défendre tous  les salariés contre toutes les injustices, qu’elles soient envers les cadres ou les techniciens !

Rien ne les oppose même si les dirigeants du groupe ne rêvent que de ça !

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *