Géosciences en péril

Chronique d’une mort annoncée

Depuis plusieurs années la CGT n’a eu de cesse d’interpeler la Direction sur le gréement des équipes.

La fusion avait déjà raboté les effectifs en Géosciences. Cependant le vieillissement de la population avait amené la Direction à enclencher, bien que tardivement, l’embauche de juniors. Malheureusement la mise en place de la politique 4C&D a abouti à un nouveau gel des embauches.

Le constat à fin 2016 est terrible (cf. chiffres au verso).

Le départ des anciens a commencé, les générations 35-55 ans sont peu fournies et les moins de 30 ans trop peu nombreux.

Et pourtant la reprise est là

17.031-GPEC_GEOSC_2016

En Exploration, il faut évaluer les DRO (Opportunités de prise de participation sur des Ressources déjà Découvertes), remettre en place la synthèse de bassin, analyser le potentiel de nos zones nouvelles.

A DSO la reprise du développement au Moyen Orient en particulier va mobiliser beaucoup de monde.

Alerte IGR (Information Géosciences & Réservoir) :      + de données à gérer et à mettre à disposition pour les études géosciences, et

     – de salariés (départs en retraite non remplacés, prestataires remerciés en décembre, 0 embauche)      = délais de délivrance rallongés et contrôle qualité fragilisé !

Comment faire face ?

A coup de stress et de burn-out assurément, vus l’état actuel des effectifs qui ne font plus face et les pressions exercées sur les salariés par le haut commandement et par leurs « clients » hubs et filiales, tout aussi démunis en personnel et sous pression qu’eux.

Il est temps que notre PDG prenne la mesure de cette problématique avant que les situations de RPS ne se multiplient : sa responsabilité est engagée.

Et au-delà des conditions de travail dégradées des salariés, le problème de la survie de la technicité en Géosciences est posé :

Il ne sera pas possible aux anciens de faire le passage de relais en termes de connaissances et de savoir-faire, les jeunes vont se retrouver face à des challenges énormes.

Il faut 5 ans à un junior en Géosciences pour acquérir un peu d’autonomie, 10 ans pour acquérir une séniorité technique et une quinzaine d’année pour devenir spécialiste.

Ce qui a fait la réputation de notre entreprise est en train de fondre comme neige au soleil.

La CGT alerte sur l’urgence vitale à embaucher, entre autre, dans le domaine fondamental des Géosciences et

sans attendre 2018 :

  • des jeunes diplômés pour ré-initier le vivier

des géoscientistes confirmés (contracteurs, concurrence, universitaires) et en y mettant le prix !

Mots-Clés : #
Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *